Au vu des pratiques en vigueur sur le Web, la gendarmerie a partagé un message d’alerte sur son compte Facebook. Elle demande aux parents et aux proches de stopper la publication des photos mettant en scène des enfants.

Le danger sous-estimé de la publication des photos d’enfants

Certains internautes ne sont pas conscients que les dangers sur internet sont réels. De ce fait, en publiant en privé et surtout en mode public des photos d’enfants, cela revient à les exposer à des prédateurs ou des hackers. La gendarmerie nationale est contre toutes ces pages qui voient le jour sur le site de Mark Zuckerberg. Elles ont tendance à inciter les parents à partager des clichés juste pour dévoiler des moments de bonheur. Si dans la théorie, le concept n’est pas nocif, il est toutefois très nuisible dans la pratique.

Des clichés d’enfants qui forment finalement un casier numérique

Dans ce message, elle insiste sur le fait qu’il est primordial de protéger les mineurs ainsi que leur vie privée. Nombreux sont ceux qui ne peuvent pas décider puisqu’ils sont beaucoup trop jeunes. De ce fait, ce sont les parents qui sont responsables de cette pratique qui peut nuire à l’enfant sur le long terme. Toutes les photos publiées sur les réseaux sociaux sont conservées sur le Web, cela permet de créer un casier numérique. Il peut donc être très inquiétant pour le futur de cet enfant qui deviendra un adolescent et un adulte.
La gendarmerie alerte les parents à propos des pages de publication

Généralement, ce sont les pratiques des adolescents qui sont pointés du doigt, mais parfois celles des parents ne sont pas meilleures. La gendarmerie souligne que vous avez tout à fait le droit d’être fiers « d’être une maman ou un papa de magnifiques bambins, mais attention ! ». Le message préconise de conserver ces moments de bonheur à l’intérieur du cercle privé et en dehors des réseaux sociaux. Ceux qui souhaitent vraiment les partager doivent impérativement se pencher dans les paramètres de sécurité et de synchronisation des réseaux sociaux dont Facebook notamment pour définir les personnes qui peuvent y accéder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Site web